Billet d’humeur : pourquoi les batteurs JJP sont mous ! (et dois-je flipper du coup ?)

Lorsque me revient aux oreilles cette phrase délicieuse qui est désormais un grand classique chez les pinheads chez la Stern Army : « ils sont mouuuus les batteurs JJP, je déteste ! » en vérité j’entends ce que cette personne veut dire. Mais intérieurement je souris de toutes mes dents, car en réalité ils sont juste parfaits.

Certains d’entre vous vont détester mes propos (et ce n’est pas grave du tout, bien au contraire) : on n’est pas là pour se taper dessus mais pour parler flipper et rien de mieux qu’une bonne petite controverse pour alimenter les débats ! Moi je suis très pour (mode hyène flippée ON), d’où ce petit « billet d’humeur », qui est très possiblement le premier d’une série à venir.

Jersey Jack Pinball : des batteurs moins « secs et directs »

Alors voilà, oui, les batteurs des flippers JJP sont moins « secs et directs » que ceux des Stern.
C’est flagrant. Ils sont aussi sensiblement moins « puissants » (reste que la puissance est relative) que ceux des flips Bally/Williams.

C’est un fait, incontestable, que tout un chacun peut vérifier dès lors qu’il met ses mains sur une machine Jersey Jack Pinball.

Mais alors pourquoi ? Et plus pertinent encore, dans quel but ?

La forces des batteurs : le classement

Petit rappel domestique : j’ai à la maison des Bally/Williams, un Stern (Mandalorian), et un nouveau JJP depuis plusieurs semaines (un magnifique Wizard of Oz, après un Dialed In il y a un an, qui complète merveilleusement bien ma collection de flippers « widebodies »).

Il y a le sens du détail, sur les batteurs JJP

Si je dois classer ces flippers en se rapportant uniquement à la puissance de leurs batteurs :

  1. Stern Pinball (de très loin)
  2. Bally/Williams (toujours bien placé, toujours le bon compromis pour tout)
  3. Jersey Jack Pinball (clairement moins puissant que les deux constructeurs précités).

Je peux tout à fait comprendre que de prime abord cette notion de « puissance en berne » des batteurs JJP puisse faire peur, voir même faire « fuir » certains joueurs (à tort !) : un néophyte du pinball qui, sortant d’une partie de Godzilla, se met ensuite à jouer à WOZ ou à Guns ’n Roses va probablement dire : « bon sang qu’est ce qui se passe sur cette machine, ça manque de pêche ».

Go go Godzilla !

Oui c’est vrai, ça manque de pêche… Mais ça manque de pêche PAR RAPPORT au Stern auquel il vient de jouer à l’instant – important de contextualiser ledit « manque de pêche » !

Intrinsèquement ça ne veut pas dire que les batteurs -en tant que tels- manquent de pêche.

« Ta bille, elle monte la rampe ou pas ? »

Je me souviens d’une conversation avec mon ami Victor, exploitant flipper, qui me disait un jour quand je lui posais la question concernant un doute que j’avais quant à la (relative) perte de puissance des batteurs de mon Attack from Mars (ndla je pensais que les batteurs manquaient de puissance, peut-être dû à l’usure), et il me disait tout simplement : « est-ce que la bille monte les rampes ? ».

L’air bête je répondais : « euh, bah oui ».

Et lui me disait pour conclure : « donc tout va bien, tes batteurs ont la puissance nécessaire ». Basta.

Cette petite conversation de flippés ne m’a jamais semblé aussi censée et pertinente que lorsque j’ai joué à Wizard of Oz pour la première fois : TOUS les coups du plateau sont bien évidemment réalisables, la rampe se grimpe même en backhand, on shoot partout et parfaitement bien avec la puissance juste idéale pour ce plateau et pour ses très nombreux toys.

Et pourtant, c’est certain, les batteurs du WOZ sont moins « puissants » que ceux de mon Stern ou de mes Bally/Williams.

Dialed In

Une vitesse à adapter à son environnement

Est-ce un problème ? Absolument pas puisque comme indiqué la puissance ajustée des batteurs JJP est parfaite pour les plateaux JJP.

Mais quid de la sensation quand on joue, alors ? Et bien c’est là justement que l’analyse se doit d’être objective et non subjective.

En réalité on s’y fait parfaitement aux batteurs JJP, tant qu’on est sur du JJP et/ou qu’on reste sur du JJP.

Si on valse d’un Stern à un JJP, puis à un autre Stern après, alors oui la sensation peut faire bizarre et l’on entendra à coup sûr (ou presque) l’ineffable : « ah bah ça manque de pêche ici ».

OK mon gars mais est-ce que tu roulerais à balle avec une Porsche en plein Manhattan aux heures de pointe ?

Non… Car il y a du monde partout et des gratte-ciels à chaque coin de rue : Manhattan est blindé d’obstacles alors avec ta jolie Porsche tu vas forcément rouler à vitesse plus modérée que si tu étais sur autoroute, n’est-ce pas ? Makes sense… En revanche c’est toujours le même plaisir de conduire une voiture de sport et puis comme ça tu as plus de temps pour admirer le paysage, car on est d’accord il y a plein de choses à voir à New York !

A l’inverse sur autoroute tu files droit, à pleine balle et sans aucun obstacle, ça va vite mais on se fait presque suer finalement : quelque part ça rappelle un peu les plateau Stern et général et le plateau du Led Zep en particulier (ouuuuh le vilain Guillaume).

Le plateau tout vide du Led Zeppelin Pro

Donc oui tu peux mettre des batteurs Stern à pleine puissance puisqu’il n’y a rien ou pas grand-chose à frapper. Tu peux lâcher les chevaux, la voie est libre !

JJP : des plateaux denses en « obstacles »

Enfin bref, je pense que vous me voyez venir avec mon analogie automobilo-culturelle depuis quelques lignes ?

Non, toujours pas ? Alors je vais vous la faire courte et simple les ptits amis : les plateaux JJP sont « packed » ! Ils sont bourrés de toys absolument partout ! ce sont des machines d’un autre niveau d’ingénierie et de design car le constructeur veut faire « BIGGER and BETTER » (ce sont ces mots à lui).

Donc avec autant de toys, qui sont autant « d’obstacles » sur la route, et bien il s’agit forcément d’adapter la puissance des batteurs pour atteindre toutes les cibles et tous les endroits du plateau (rampes comprises of course) mais aussi… Faire en sorte que ça ne tape pas trop fort pour tout casser sur le plateau (j’entends par là plastiques, éléments de décoration et bien sur les fameux toys).

Le plateau bien rempli du flipper Wizard of Oz

Après mûre réflexion sur le sujet, j’en suis convaincu aujourd’hui : si l’on mettait la puissance des batteurs Stern dans un JJP type WOZ ou autre, et bien on casserait tout, mais alors TOUT, sur le plateau.

C’est pour moi l’explication la plus crédible et la plus plausible qui explique ce ressenti différent des batteurs JJP.

In fine ce n’est pas « mieux » d’avoir des batteurs forts. C’est mieux si vous pouvez quand le plateau vous le permet. Mais quand des machines sont aussi bourrées de toys en veux-tu en voilà, comme c’est le cas chez JJP qui ne rechigne jamais à la tâche, alors la puissance des batteurs se doit d’être cohérente et dosée afin de distribuer la bille juste comme il faut et où il faut.

Mes amis je terminerai par ce slogan publicitaire (citation en réalité) que vous connaissez tous forcément : « sans maîtrise, la puissance n’est rien », qui j’espère saura finir de vous convaincre.

Néanmoins si vous n’êtes pas d’accord, et bien sachez que vous avez tort, car c’est mon billet d’humeur et je fais ce que veux avec 😊

Allez, Bisous.

paris_pinball_addict
paris_pinball_addict
Paris based pinhead / Pinball collector & contributor / Addict to everything pinball

Lastest articles | Articles récents