Cactus Canyon Remake | Chicago Gaming Company

Le secret le moins bien gardé de notre hobby préféré a finalement, enfin, été dévoilé la semaine passée lors du salon Pinball Expo, dont c’était le 37ème Edition. Il s’est tenu comme chaque année à Chicago – terre natale du pinball.

Pour remettre les choses dans leur contexte, il faut rappeler que Chicago Gaming Company (CGC pour les intimes), s’est fait une spécialité depuis quelques années de s’attaquer aux flippers « mythiques » des années 90, et de les resaucer à la mode 21ème siècle.

logo Chicago Gaming Company
Chicago Gaming Company

Chicago Gaming, l’expert du remake de flipper

C’est ainsi que le public a eu droit ces dernières années aux remakes (excellents) de Medieval Madness, Attack from Mars, puis dernièrement Monster Bash, même si c’était il y a déjà trois ans.

Et oui, CGC prend son temps, et que le temps parait long quand on aime et qu’on ne compte pas. Surtout que l’on sait tous depuis Mathusalem que leur 4ème remake est Cactus Canyon, un flipper qui a une place un petit peu à part dans la merveilleuse galaxie des Bally/Williams Dot Matrix.

Cactus Canyon, le dernier pinball de sa génération

Je m’explique : en 1998, on arrive au bout du bout chez Midway (ndla – la maison mère des marques Bally et Williams). Les jeux vidéo ont « remplacé » les flippers dans le cœur des gamers et au cœur même des salles d’arcade. Le fabricant décide de repenser totalement ses investissements en se consacrant auxdits jeux vidéo, mais également aux machines à sous et autres « redemption games » que les américains et les asiatiques aiment tant.

L’année 1998 voit donc la fin de l’ère sublime des flippers « DMD », que nous autres afficionados continuons de regarder avec un œil légèrement ému : des machines sensationnelles, d’une complexité rare avec des toys et des mechs comme on n’en voit que beaucoup trop rarement aujourd’hui, et c’est bien dommage.

Cactus Canyon est donc le tout dernier flipper « classique » de l’ère Bally/Williams, il n’y en aura plus d’autre après (sauf, dans un autre genre, les deux Pinball 2000 que sont « Revenge from Mars » et « Star Wars Episode I »). Produit à seulement 903 exemplaires à l’époque, il est aussi rare qu’il en est collector puisqu’étant THE LAST ONE !

Le plateau du Cactus Canyon originel

Une machine au code incomplet

Et pour couronner le tout, son code est incomplet ! et oui, forcés de tout lâcher pour une ultime tentative avec le Pinball 2000, Midway a fait stopper net le travail de codage sur Cactus Canyon pour envoyer ses ingénieurs sauver la maison flipper avec Revenge from Mars. Sacrée histoire quand on y pense.

Cactus Canyon a donc cette double particularité historique d’être le dernier flipper Bally/Williams, et le seul flipper avec un code incomplet. Ouch.

Le Cactus Canyon originel : du fun et de la simplicité

Une fois qu’on a dit ça, qu’en est-il du jeu à proprement parler ? Certes le but ici n’est pas de faire une review de Cactus Canyon, néanmoins avant de déblatérer sur le Remake il me semble nécessaire de dire quelques mots sur le jeu en tant que tel.

J’ai eu la chance de posséder autrefois un Cactus Canyon (un original, forcément) et ce jeu est… fun.

On va être clair : il ne casse pas réellement la baraque en termes de gameplay pur et dur, mais il est très fun. On s’éclate bien dessus et c’était le but totalement assumé.

Rappelons qu’à l’époque, personne pour ainsi dire ne collectionnait de flippers à la maison : ils étaient tous destinés à être « on location » dans les salles d’arcade et les bars. Et à ce titre le public privilégiait des jeux simples à comprendre où l’on s’amusait sans attendre (ndla : c’est la raison pour laquelle un autre DMD culte des années 90 –Twilight Zone– a mis du temps à trouver son public, car trop complexe pour l’époque et pour y jouer 5 minutes dans une salle d’arcade bruyante).

Bref, Cactus Canyon est un flipper « léger », fun, avec des toys très chouettes qui du coup font oublier un petit peu les lacunes du code non terminé.

Du fan layout et des toys à gogo

En termes de playfield il s’agit d’un fan layout (ndlr : un toy principal et des rampes en éventail autour) tout ce qu’il y a de plus facile avec des shots cleans et satisfaisants (fan layout oblige), et donc surtout quelques toys pour le coup vraiment sympathiques comme la mine d’or qui sert à bloquer les billes et la tête du vilain qu’il faut basher à répétition. Sans oublier le train qu’il faut arrêter avant qu’il n’écrase notre petite copine Polly, malgré elle attachée sur la voie ferrée. Pobrecita…

Le plateau du Cactus Canyon Remake

Oui vraiment on s’amuse avec Cactus Canyon : le jeu n’est pas « difficile » et un joueur médiocre comme moi arrive très vite (et finalement très souvent) au wizard mode. Ceci est, in fine, le problème quand on le possède chez soi, mis à part l’aspect « Collection » j’entends.

C’est donc la raison qui m’a poussé à le vendre après un an dans ma gameroom : j’en avais fait le tour cent fois plutôt qu’une et j’avais très envie de nouveauté.

Qu’on ne s’y trompe pas : Cactus Canyon n’est PAS au niveau de Twilight Zone, d’Indiana Jones ou d’Attack from Mars, pour ne citer qu’eux.

Vous l’avez compris, s’il est « exceptionnel » de par sa rareté et le contexte historique dans lequel il s’inscrit, il n’a clairement pas marqué l’Histoire du jeu pour autant.

Un lancement commercial sans intérêt mais un flipper déjà 100% vendu

TOUT cela étant dit et bien dit, il est temps de parler de cette version « remake » dont nous avons enfin fait la connaissance.

Que dire… Que dire…

Déjà, un lancement sans intérêt. Non pas qu’il fut raté (le principe même d’un lancement marketing est de susciter l’envie d’acheter et CGC a tout vendu en quelques heures, félicitations de rigueur donc). Soit dit en passant, ces « ventes flash » semblent être le new normal dans le « petit » monde du flipper ces temps-ci… Peu importe le flip, qu’on y ait joué ou pas, qu’on l’ait vu ou pas, on l’achète en aveugle…Et au prix fort de surcroit ! c’est la fête du f(S)lip !

La bannière du remake

Le jeu des 7 erreurs entre le remake et son modèle

Revenons à Cactus Canyon, la première surprise s’il en est, est que la caisse est 100% identique au modèle d’origine. J’entends par là que l’on ne voit -à vue d’œil- aucune différence tangible et fondamentale en ce qui concerne « l’habillage » de la machine. C’est un remake me direz-vous, il se doit d’être identique à l’original, soit. Néanmoins les trois premiers « remake » ont quant à eux proposé des petites variations de caisse qui ont su contribuer à donner cet effet « exclusif / Limited » aux modèles remake de CGC.

En revanche, et là nous poussons un petit « ouf » de soulagement, un certain nombre de « détails » ont été ajoutés/améliorés sur le playfield pour notre plus grand bonheur visuel, à commencer par le détail qui tue, selon moi : la présence du logo Cactus Canyon sur l’apron qui est en relief (type boucle de ceinture kitch).

L’écusson Cactus Canyon et des revolvers embellis

Et il rend super bien, car oui la grosse boucle de ceinture se porte parfaitement bien au Far West, un peu moins dans les centres commerciaux avouons-le…Mais passons, ce n’est pas le plus important loin s’en faut.

Aussi les deux pistolets décoratifs sont toujours présents, mieux sculptés évidemment, ce qui n’enlève rien, au contraire. Ils font encore et toujours un bien bel effet.

Un toy et un écran améliorés

Autre détail qui ne m’a pas échappé, ancien possesseur de Cactus Canyon que je suis, la ligne de chemin de fer (qui est en fait la rampe transversale où se trouve la locomotive), ressemble cette fois-ci bel et bien à un chemin de fer ! et ça c’est vraiment génial pour nous plonger encore plus encore dans la petite ville de Cactus Canyon. Là-dessus bravo, car si l’idée ne vient pas d’eux, CGC a au moins eu le mérite d’aller au bout de la démarche et de redessiner cette rampe afin qu’elle ait réellement le look & feel d’un chemin ferroviaire. Bien joué.

Un code finalisé… Mais pas tout de suite, et payant !

Venons-en au code maintenant.

Car c’est là que se trouve la grande Siouxerie (jeu de mot indiens/cowboys… Pigez ?).

Si le code original n’est pas « fini » et on entend par là qu’il manque quelques animations ainsi que la piste audio à la toute fin de la partie notamment (rien de « grave » soyons honnête, le jeu se joue quand même très bien et il y a un Wizard mode comme évoqué plus haut), l’on ne sait pas pour le moment si le code présent dans la version remake au moment de sa sortie est le même ou si celui-ci a été finalement complété… Nous n’avons pas la réponse à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Et oui chers amis, bienvenue dans l’ère moderne des DLC (ndlr : downloadable content) payants du flipper !

Si Stern a clairement annoncé la couleur avec son module « connected » (qui n’est autre qu’un cheval de Troie permettant dans un avenir très proche de vendre des DLC), Chicago Gaming Company va droit au but et sans fioriture : ils recrutent le meilleur codeur de l’histoire du flipper, le font taffer à fond, et puis ils nous feront payer l’addition et pourront se rembourser de leur investissement. Bien joué les gars.

Alors quand je parle de siouxerie vous me comprendrez bien : cela fait 3 ans que CGC prépare Cactus Canyon, un jeu très chouette dont le talon d’Achille est son code inachevé et trop simple. A ce titre, il nous semblait évident que le remake intègrerait d’entrée de jeu un code parachevé et optimisé avec de nouvelles missions et autres ; Du coup, apprendre qu’il faudra non seulement patienter certainement plusieurs mois mais en plus payer pour en profiter est quand même un peu fort de café, vous ne trouvez pas ?

Un bel écran et un topper bien mais pas top

Allez, last but not least dans les ajouts mais cette fois c’est du domaine de l’acquis pour CGC : l’écran DMD est élargi et en couleurs, comme sur leurs trois remakes précédents. Pas de surprise donc à ce niveau-là au moins.

L’écran du CC remake

On parlera vite fait du topper qui est plutôt sympathique et joli, bien dans l’ambiance du jeu, sans être non plus ni révolutionnaire ni ultra enthousiasmant. C’est un peu dommage, on attendait plus de créativité sur ce topper dont on nous promettait qu’il serait un jeu de tir à part entière. On a surement rêvé trop fort.

Le topper du CC remake

Enfin en ce qui concerne le lightshow, ce flipper déjà beau originellement est bien évidement sublimé ici puisque le light show est à la hauteur de ce que CGC sait faire et des moyens qu’ils savent y mettre pour que leurs remakes soient eye-popping. Opération réussie même si ledit lightshow est moins impressionnant à prime abord que celui de Monster Bash, par exemple.

Des sensations proches de l’original

N’ayant pu nous rendre cette année à Pinball Expo pour cause d’interdiction d’aller aux US au moment du salon, nous n’avons malheureusement pas pu jouer à ce remake mais tout ce que nous avons pu entendre ou lire de ci de là nous fait dire que le remake « joue pareil » que l’original.

Cela ne surprendra pas les possesseurs de machines Chicago Gaming Company qui savent que le jeu « joue pareil ». J’ai moi-même pu jouer à un Attack from Mars remake tandis que j’ai chez moi un Attack from Mars original et effectivement, je n’ai pas senti de différence de jeu si ce n’est très légèrement dans le « feeling » des batteurs qui ne sont pas des batteurs Bally/Williams. Pour le reste, rien à redire, c’est très propre et c’est beau.

Un flip’ à la hauteur de ses prédécesseurs

En somme, ce Cactus Canyon remake semble être tout à fait à la hauteur des trois précédents remakes de CGC à savoir des machines culte des années 90 parfaitement bien refaites et sublimées avec les technologies modernes.

Pour quiconque souhaite un flipper mythique « neuf », CGC est le passage obligé. Certes l’objet n’a ni le charme ni le pédigré de l’âge qu’il n’a pas, c’est une copie améliorée appelons un chat un chat, mais il a le mérite de sentir bon le neuf et donc de mériter à fortiori toute notre attention pour cette raison notamment.

Attendons tout de même de voir le code final de Lyman Sheats pour se faire une opinion définitive sur ce Cactus Canyon Remake, la donne pourrait ainsi changer considérablement selon l’effort qu’il met dans ce travail…

Dans un monde idéal où ni l’argent, ni la place ne serait un problème, j’aurais mes Bally/Williams originaux en lieu sur pour l’aspect Collection qui m’est cher (au sens propre comme au sens figuré !), et j’aurais les remakes dans ma salle de jeu pour pouvoir y passer des heures dessus avec les copains, sans crainte d’user « l’objet » originel.

On s’arrête là pour aujourd’hui, nous sommes impatients de recevoir ce Cactus Canyon remake et de pouvoir vous en faire un test complet !

paris_pinball_addict
paris_pinball_addict
Paris based pinhead / Pinball collector & contributor / Addict to everything pinball

Derniers Articles

spot_imgspot_img