Samuel Flippers Passion | Interview

Le monde francophone du flipper nous réserve de belles rencontres, avec parfois, de véritables passionnés qui ressentent leur hobby comme un véritable art de vivre « pinballesque » (oui j’aime bien les néologismes autours du mot « pinball » !).

Et au milieu de tous ces passionnés, s’il en est un qui s’évertue à partager sa passion avec le plus grand nombre au travers de ses vidéos, c’est bien Samuel de la chaine Samuel Flipper Passion.

Pour peu que vous soyez friands de vidéos en français autour du flipper, vous avez sûrement déjà croisé son contenu au détour d’une recherche Youtube. Véritable conteur d’histoire, Samuel s’emploie à partager des vidéos de fond autour d’acteurs plus ou moins connus du flippers, de modèles hors du commun, de salons francophones ou encore d’émission TV qui traitent de notre passion pour la bille d’acier.

Il semblait donc tout naturel que l’on cherche à en apprendre un peu plus sur le personnage et que l’on essaye de comprendre son appétit gargantuesque pour le flipper, ses inspirations, ses projets, bref… qu’on l’interviewe !

Et comme le maitre mot de votre magazine préféré c’est le partage, celui des news, des connaissances mais aussi des infos autours des membres qui composent la communauté, on vous a concocté un petit article sur le sujet.

Samuel. Flipper Passion. Prise une : Action !

Bonjour Samuel, est-ce que tu peux te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

J’ai à ce jour 45 ans, je possède 7 flippers de différentes générations et je suis créateur de contenu vidéo autour du flipper sur Internet.

Le virus du flipper m’a été transmis involontairement par mes parents car, pour la petite histoire, ils m’ont offert mon premier flipper, un Buck Rogers, à l’occasion d’un Noël lorsque j’avais 12 ans.
Imaginez la surprise de découvrir un tel objet, non pas au pied du sapin mais dans le garage !
C’était loin d’être un petit cadeau au sens propre comme au sens figuré. Quand à 12 ans vous mesurez 1m50 et que vous avez sous les yeux un objet plus haut que vous, qui fait presque 2m, ça impressionne forcément. Et avec toutes ses lumières clignotantes, c’était un vrai plaisir pour les yeux. 

D’ailleurs à ce sujet, petite anecdote : il avait été acheté à l’époque à un professionnel des jeux automatiques pour la somme de 2500 francs avec une garantie d’un an (pièces et main d’œuvre).

Sauf qu’il est tombé en panne dans les 4 premiers mois d’utilisation… Le professionnel en question nous avait diagnostiqué un problème sur la CPU. Mais en repositionnant la carte réparée, 15 jours plus tard, il s’est trompé de sens lors du montage… Je vous laisse imaginer la suite : tout a sauté !
Il est reparti, vexé en laissant la carte HS dans le fronton et en nous précisant que la carte était totalement irréparable. Il avait prévu de revenir mais n’est jamais revenu. C’est en recherchant un autre réparateur que j’ai fait l’acquisition de mon deuxième flipper, un Eclipse de Gottlieb.

Le Buck Roger, quant à lui, sera resté HS pendant une dizaine d’année. Jusqu’à l’arrivée d’Internet en fait. Notez qu’entretemps j’ai quand même essayé de prendre contact avec Gottlieb en envoyant une demande en anglais sur l’adresse mentionnée sur le flipper, avec l’aide de ma prof d’anglais de l’époque (véridique) mais malheureusement, l’adresse n’était plus la bonne. J’aurai essayé !

Pour en revenir à Internet, Je me suis dit qu’il me suffirait de taper les mots clés « flipper Buck Rogers en panne » et « achat CPU » pour trouver une solution, et miracle, ça a fonctionné !

Je suis tombé sur une des pages du site flipjuke.fr et plus particulièrement sur un article de Pascal Janin qui proposait de redonner vie aux System 1 grâce à une carte créée par ses soins. Il proposait soit la livraison par la poste ou la remise en main propre de la carte l’année suivante lors du salon de Vierzon. C’est la deuxième option que j’ai choisie.

Et c’est ainsi que j’ai découvert qu’il existait une communauté de collectionneurs de flippers en France mais aussi des salons dédiés au flipper. Tout est parti de là et j’ai fait d’autres achats ensuite, à une époque où les prix étaient raisonnables. J’ai pu ainsi acquérir un Arena, un Creature From de Black Lagoon, un Tales From The Crypt, un Getaway ou encore un Dr Who.

Un aperçu de la game room de Samuel

Qu’est-ce qui t’as poussé à créer ta chaine « Samuel Flipper Passion » ?

Disons que rien ne me prédestinait à ouvrir une chaîne Youtube. Je suis quelqu’un de plutôt réservé à la base même si je deviens tout de suite plus volubile quand il s’agit de parler de flipper !

Il faut savoir que j’ai fait la rencontre il y a 4 ans d’un youtubeur : Eric de la chaine Alex Express. Sa chaine est plutôt axée jeux vidéo, retrogaming, émulation et tests de produits geek mais je savais qu’il aimait le flipper sans pour autant être très pointu sur le sujet.

Je lui ai proposé qu’on se rencontre à Sorgues (ndlr : un gros salon dédié au flipper dans le sud de la France) puisqu’il avait prévu d’y aller.

On a pas mal échangé sur le flipper, mes connaissances, nos passions communes, comment filmer etc. et c’est lui qui m’a conseillé de lancer une chaîne sur Youtube en me disant que ça pourrait aussi intéresser d’autres personnes. Je me suis dit « pourquoi pas ? ».

J’ai dû commencer à filmer sur les salons en 2019 et à produire mon propre contenu autour des flippers à peu près au même moment (vidéos sur l’histoire d’une marque, l’histoire d’un flipper, présentation d’un nouveau modèle, vidéos sur des flippers rares et insolites, des flippers custom etc).

La chaine de Samuel sur Youtube : Samuel Flippers Passion

J’ai aussi tenté de mettre sur la chaine des reportages TV traitant du flipper avec plus ou moins de succès car, à cause des copyrights, beaucoup de vidéos extérieures sont censurées…  

Qu’est-ce qui te passionne dans l’univers du flipper ?

L’objet en lui-même est plaisant avec tout ce jeu de lumières, il est amusant à jouer et c’est aussi et surtout un objet qui a une histoire.

Par contre, il y a bien une chose qui me rebute avec le flipper c’est tout le côté technique !  Je suis nul en ce qui concerne la technique et bien incapable de réparer mes flippers tout seul… C’est d’ailleurs un véritable problème quand on a plusieurs modèles anciens comme moi.

Tu es tout seul pour faire tes vidéos ?

Oui, absolument. Je fais tout moi-même, prise de vue, montage, incrustations, voix…

On te voit couvrir un nombre impressionnant d’évènements autour du flipper en France, tu essayes de couvrir chaque salon ?

Disons que chaque salon est différent. Il y a de gros salons et d’autres plus modestes. Ils ont tous le mérite d’exister et ont chacun leur charme.

Certains apprécieront plus les gros salons (Comme Challans, Le Gâvre, Le Tréport, le BGS ou encore Carvin) car il y aura beaucoup de machines différentes et des nouveautés. D’autre préfèrent le côté convivial des petits salons. Il en faut pour tous les goûts.

Mais pour répondre à ta question, on a été tellement privé de ce genre d’évènement en 2020 et 2021 à cause du Covid que pour 2022 je me suis lâché en essayant de faire le plus grand nombre de salons possibles ! C’est un peu fou, j’avoue, mais ça me plait. Et puis l’année n’est pas encore terminée ! 🙂

Qu’est-ce qui te plait dans ces différents évènements ?

Ce qui me plait c’est de pouvoir découvrir les nouveaux modèles et des raretés, notamment des flippers anciens ou nouveaux qui ont été très peu produits.

Les rencontres avec les passionnés sont également assez enrichissantes. Ma chaine Youtube fait en sorte qu’on me reconnait désormais et ça m’a permis de faire la connaissance de gens très sympathiques qui ne seraient peut-être jamais venus me parler sans ça.

Il y a des machines qui t’ont marqué plus que d’autres dans tes découvertes lors de différents évènements ?

Oui, les machines atypiques comme le Flash Dragon par exemple. C’était un flipper Playmatic qui réalisait un portrait photo du joueur sous forme de polaroid sortant du fronton quand le joueur réalisait le plus gros score !

Tu proposes également des sujets de fond en vidéo (Quetzal Pinball, les flippers hors normes etc…), quelles sont tes inspirations/tes déclencheurs pour ces sujets ?

En fait je fais des vidéos sur des thématiques qui me parlent et sur lesquelles j’ai suffisamment de matière qui le justifie (Donc à la fois des connaissances et du contenu à montrer).

Un exemple de vidéo disponible sur la chaine Youtube de Samuel

Par exemple, j’aurais adoré parler de la production française de flipper. Faire un sujet sur les marques Rally, Staal ou Jeutel. Mais soit je manque d’information à donner, soit je n’ai pas d’illustration. Pour Staal, je pense que peu de gens seraient capable de parler en profondeur de cette marque. A l’inverse, pour Jeutel je connais un certain nombre de choses autour de l’histoire de la marque mais je ne dispose pas de contenu vidéo intéressant alors je m’abstiens pour l’instant.
L’idée pour moi, c’est toujours de transmettre mes connaissances à d’autres personnes.

Quel est le sujet qui t’as pris le plus de temps ou celui qui t’as le plus motivé à faire une vidéo (si ce n’est pas le même) ?

Les vidéos qui me prennent le plus de temps sont celles qui relatent l’histoire d’une marque ou d’un modèle en particulier.

Il faut d’abord que je consolide mes connaissances, que je fasse des vérifications croisées sur les informations que j’ai et que j’essaye d’en glaner un maximum d’autres pour étoffer le contenu. Ensuite, je dois trouver des illustrations (photos, vidéos), vient après le montage, l’enregistrement audio, la compression de la vidéo et puis finalement, l’upload.

Au passage : Pas facile de faire une voix off sur les vidéos, surtout au début. Ce n’est pas le plus naturel de parler dans un micro.

Quel serait ton projet de vidéo le plus fou à concrétiser dans un futur plus ou moins proche (si toutefois tu peux nous en parler) ?

Pourquoi pas envisager un déplacement aux Etats-Unis sur un salon ? Pouvoir rencontrer des designers, voir des flippers insolites, des raretés etc.

Mais si j’y vais, ça ne sera pas seul. Je ne conduis pas et je parle assez mal l’anglais, donc il faut que je trouve un passionné bilingue pour m’accompagner ! 🙂

Samuel et Gary Stern au Festiflip

Tu proposes sur ta chaine tous les extraits d’émission de TV ou l’on parle flipper, comment fais-tu pour être partout à la fois ?

Disons que j’essaie de me tenir informé, d’avoir des yeux et des oreilles partout. Mais ce n’est pas toujours facile !

Quel serait ton meilleur souvenir lié au flipper ?

Sans aucun doute quand mes parents m’ont offert mon premier flipper, lorsque j’avais 12 ans.

Quel est ton ressenti sur le milieu de flipper actuel et son évolution depuis que tu le suis ?

Et bien je suis content de voir qu’il y toujours des passionnés et que la nouvelle génération s’intéresse au flipper.

La plupart de mes abonnés ont entre 35 et 55 ans mais il y en a qui sont parfois plus jeunes. Par exemple, j’ai fait la rencontre récemment d’un élève ingénieur qui rêve de concevoir un flipper ! C’est fou de voir une ambition pareille à cet âge-là !

Après ce qui m’attriste, c’est de voir que le flipper devient parfois un outil de spéculation. Ça devient un produit de luxe à destination d’une élite alors qu’à la base c’est un outil de loisirs et de divertissement accessible à tous. Il ne faudrait pas que ça devienne le privilège des plus fortunés.

On voit souvent des remarques autour de la communauté du flipper qui contribue à mettre en lumière certaines machines et ferait monter les prix. Ton avis là-dessus ?

A un moment donné je me suis demandé si c’était une bonne chose de parler autant de flipper, au risque de faire encore monter les prix. Mais soyons réaliste, ce n’est pas ma chaine Youtube qui fait monter les prix ! Pour ma part, je n’ai qu’une petite influence dans ce milieu.

Le regain d’intérêt pour le flipper provient surtout de la nostalgie d’une tranche d’âge qui a connu le flipper étant gamin. Aujourd’hui on en voit trop peu dans les bars/cafés et les gens qui avaient l’habitude d’y jouer étant plus jeunes veulent combler un manque.

A 40 ou 50 ans, certains ont acquis un pouvoir d’achat qui leur permet de se faire plaisir. D’ailleurs, on observe exactement le même phénomène avec l’univers du jeu vidéo rétro.

Il y a quelques années on jetait nos vieilles consoles car elles étaient considérées comme techniquement dépassées et aujourd’hui elles deviennent très recherchées. Ces machines d’époque avec leurs cartons d’origine s’arrachent à prix d’or, encore plus si elles ont été peu commercialisées. C’est un peu pareil avec le flipper.

Tu es plutôt flipper récent ou ancien ? Pourquoi ?

J’ai vraiment du mal à apprécier les flippers électro mécaniques car ces modèles n’étaient déjà plus en exploitation au moment de mon adolescence. A l’inverse, j’affectionne tout particulièrement les modèles dot matrix des années 90 et bien évidemment les Stern récents qui sont tous plus fabuleux les uns que les autres (Godzilla, Jurassic Park, Rush…).

Pendant une période, j’étais plus axé sur les Bally-Williams, notamment au moment où Stern produisait des flippers qui a mon sens, était très moyens (dans les années 2000) mais il faut reconnaitre qu’ils se sont depuis, bien améliorés.

Quelle est ta machine préférée ?

C’est impossible de répondre à cette question tant il y a eu de nombreux flippers. Et au-delà de ça, comme il y a différentes générations de flippers, c’est très difficile de comparer le gameplay d’un flipper ancien avec le gameplay d’un flipper très récent. La technique a beaucoup évolué rendant les jeux de plus en plus attractifs ou addictifs !

Est-ce que tu joues beaucoup ?

En réalité pas énormément. J’ai toujours peur de créer une panne sur l’une de mes machines. Et vu que je suis incapable de les réparer, et bien c’est toujours un drame pour moi quand ça se produit. Alors je les préserve ! 🙂

Une partie de la game room de Samuel

Tu es uniquement focalisé flipper physique ou bien les jeux vidéo de flipper/pincab etc. t’attirent aussi ?

J’ai eu l’occasion de tester des pincabs sur des salons. Il y a parfois du lag, parfois pas. Dans certains cas on a vraiment des machines de qualité.

Disons que le pincab présente certains avantages et inconvénients. L’avantage c’est que l’on peut jouer à de multiples machines, découvrir des flippers inconnus ou parfois même rares et introuvables en physique. L’inconvénient à mon sens, c’est qu’on ne retrouve pas à 100% les sensations que l’on peut avoir avec un véritable flipper.

Quels sont tes futurs projets, si toutefois tu peux nous en dire quelques mots ?

A bien y réfléchir, ce qui pourrait être sympa serait de pouvoir faire des vidéos comme le font d’autre youtubeurs en matière de retrogaming du type « je viens chez vous pour découvrir votre collection » et pouvoir ainsi filmer la collection de flippers de Monsieur X.

Certains accepteraient peut-être de faire découvrir leur collection et d’expliquer ce qui les a amenés à se passionner pour le flipper !

D’ailleurs si certaines personnes veulent me présenter leurs collections, qu’elles n’hésitent pas à me le faire savoir.

Autre chose que tu voudrais partager avec la communauté PinballMag. ?

Merci de m’avoir proposé de faire cet interview. C’est toujours plaisant de pouvoir parler de sa passion !

On remercie Samuel de sa disponibilité pour cette interview et on vous invites à le retrouver sur les réseaux sociaux.

Syl Vain
Syl Vain
Fan de pop culture des années 80/90, collectionneur compulsif et partisan du "c'était mieux avant !"

Derniers Articles

spot_imgspot_img