Le flipper Indiana Jones, the pinball adventure | Williams | Le rétro test

Dans le top 10 des meilleurs flippers jamais produits, Indiana Jones est au pied du podium. Attention : on parle bien ici du flipper Williams sorti en 1993, pas de celui beaucoup moins mémorable de Stern Pinball en 2008. Clairement, ce jeu mérite le succès que l’Histoire lui a conféré, et nous allons en décortiquer les raisons.

Indiana Jones : le chef d’oeuvre de Mark Ritchie

Dans la famille Ritchie, je voudrais le petit frère ! Et pas facile de se forger sa propre réputation quand on évolue dans l’ombre de Steve Ritchie de 8 ans son aîné, et l’une des deux stars chez Williams à cette époque, en concurrence avec le designer Pat Lawlor.

Et pourtant, au moment de travailler sur Indiana Jones, Mark Ritchie compte plus d’une dizaine de flippers à son palmarès, dont deux sont encore aujourd’hui des références :  Diner (1990) et Fish Tales (1992).

Le voilà suffisamment auréolé de ses succès passés pour se voir confier la plus belle licence de sa carrière : Indiana Jones ! Et toute la trilogie historique qui plus est !

A ses côtés, Brian Eddie signe le code et les animations de l’écran DMD, particulièrement réussies. Par ailleurs, le flipper bénéficie pour la première fois du DCS (Digital Compression System), un système de son développé par Williams Electronics qui permet de restituer les bandes-son du film, retravaillées certes mais clairement reconnaissables. De plus John Rhys-Davies, l’acteur qui joue Sallah, est crédité sur plusieurs call-outs.

La backglass Indiana Jones : The Pinball Adventure

Enfin, ce jeu fait partie de la gamme des SuperPin, c’est-à-dire les quelques flippers widebody sortis par Bally-Williams dans les années 90.

Honnêtement, Williams ne s’est pas moqué de Mark Ritchie quand on voit les moyens mis à disposition. Et avec plus de 12 000 unités vendues, le manufacturier en a eu pour son investissement. Ce chiffre classe le jeu parmi les bonnes ventes, mais sans péter les scores non plus.

Un plateau généreux

Ce qu’on voit en premier n’est pas le plus intéressant : 2 avions se font la chasse au-dessus du plateau, en référence au combat aérien du 3ème opus Indiana Jones et la dernière croisade. Mais comme leur vocation est purement décorative, nous passerons vite.

Idole Indiana Jones – Ne cherchez pas le rapport

A droite du plateau, une idole d’inspiration sud-américaine tourne sur elle-même pour bloquer les billes dans les creux de sa base, et les restituer lors d’un multiball. Honnêtement, sa ressemblance avec l’idole de fertilité des chachapoyas qu’Indy vole dans les Aventuriers de l’Arche Perdue est faible. Peu importe, le toy ainsi que l’habillage du mécanisme façon temple inca plonge dans l’ambiance, à défaut d’être exact.

Et pour finir, un mini-plateau surplombe le terrain de jeu en haut à gauche. La bille doit descendre la pente de cet upper playfield en évitant les trous. En appuyant sur les boutons des batteurs, le joueur fait pencher la planche à droite ou à gauche pour influer sur la trajectoire. Un peu de nudge est nécessaire pour réussir le défi.

Le mini plateau

Pour le reste, parmi les éléments majeurs :

  • Deux rampes qui actionnent l’animation du combat aérien
  • 3 bumpers
  • Une belle boucle qui traverse le plateau
  • 9 cibles, dont 3 tombantes qui masquent le trou pour le verrouillage des billes dans l’idole
  • Une bille captive

En plus du playfield, la crosse d’un revolver remplace le lance-bille. Appuyer sur la gâchette lance la bille.

La part belle aux video modes

Les années 90 ont vu les video modes se généraliser. Il s’agit de ces mini-jeux vidéos que les écrans DMD de l’époque ont rendu possible. On intéragit par l’intermédiaire des boutons des batteurs.

Ici, pas un, pas deux, mais bien trois video modes mesdames messieurs ont été intégrés pour votre plus grrrrrrand plaisir ! Ils sont d’ailleurs une étape indispensable dans le scénario.

Un scénario fidèle à la trilogie

Le scénario justement invite à vivre douze aventures de l’archéologue, qui reprennent les moments forts des 3 films originels. On les active en visant le scoop (comprendre : le trou) situé au centre du plateau un peu à gauche. Les missions se lancent de manière aléatoire, et dès qu’elles sont complétées, la suivante est disponible. Voici le détail :

  • Get the Idol (récupérer l’idole) : viser 4 fois les cibles tombantes du milieu de plateau puis viser le scoop caché derrière.
  • Streets of Cairo (les rues de Caire) : Marion est dans un des paniers, représentés par une des rampes ou boucles du plateau qu’il faut donc viser. Ensuite, le méchant doit être tué en visant le scoop qui démarre les missions ou appuyer sur la gâchette du lanceur.
  • Well of Souls (le puits des âmes) : déclenche une mission à 6 billes durant laquelle le trou central tuera les serpents.
  • Raven Bar (le bar de la corneille – video mode) : visez les méchants avec les boutons, le tir est automatique
  • Monkey Brains (les cervelles de singe) : visez les rampes et boucles
  • Steal the Stones (volez les pierres) : sur le mini-plateau, faites passer la bille sur les inserts allumés.
  • Escape in the Mine Card (la fuite avec le chariot de la mine – video mode) : évitez les impasses pour vous enfuir avec le chariot
  • Survive the Rope Bridge (Survivre au pont de corde) : viser les rampes fait avancer Indy sur le pont, l’animation est restituée sur l’écran, mais il n’est pas réellement nécessaire de la regarder.
  • Castle Grunwald (le château de Brunwald) :  tapez dans la bille captive pour libérer le Dr Jones (le père du héros)
  • Tank Chase (à la poursuite du tank) : les boucles permettent à l’aventurier à cheval de rattraper le char d’assaut
  • The 3 Challenges (les 3 défis) : réussir 3 parcours sur le upper playfield
  • Choose Wisely (Choisissez judicieusement) : un jeu de bonneteau avec les 3 coupes dont une seule est le Saint-Graal. Pointez la coupe de votre choix et validez avec le pistolet.

Le Wizard Mode « Eternal Life » (La vie éternelle) est un multibille à 6 billes. Je vous passe les missions annexes, le tout donne un jeu profond pour son époque.

Un flipper recherché et moddé

Un gameplay riche, un plateau wide body qui l’est tout autant, une licence iconique bien servie, un flipper sorti durant l’âge d’or du flipper… Indiana Jones : The Pinball Adventure coche toutes les cases et sa cote est au plus haut. Clairement, bien entretenu il tient la route aux côtés de machines plus récentes, plus clinquantes.

Par ailleurs, son thème et sa popularité en font un des pinballs les plus moddés : figurines, lightshow, décorations en tous genres… Il y a de quoi faire !

Mark Ritchie aura signé là son chef d’œuvre, et encore une référence aujourd’hui.

Nick_O
Nick_Ohttps://pinballmag.fr
Collector of friends who have pinball collections.

Articles Récent

spot_imgspot_imgspot_imgspot_img