Pour ceux qui ne connaissent pas le personnage, Franck reste, malgré les derniers mois mouvementés par les restrictions de déplacement, le meilleur joueur français d’après le classement de l’International Flipper Pinball Association (25ème).

Il revient avec nous sur ses débuts, la dimension familiale de sa passion, et ses meilleurs souvenirs de compétition.

Quand avez-vous commencé à jouer au flipper ?

En 1979 ou 1980, quand mon père allait boire un verre au café et m’emmenait avec lui. Très vite je lui ai demandé une pièce à mettre dans le jeu à 4 pattes au fond du café. Cela fait donc à peu près 40 ans que je joue.

Joker Poker de Gottlieb
Le Joker Poker de Gottlieb (1978), premier souvenir d’enfance de Franck Bona
Quel est le premier flipper dont vous vous souvenez ?

Le Joker poker de Gottlieb.

Quand le flipper est-il devenu votre loisir principal ?

Très vite car, en plus du café où je résidais à Arras, lorsque nous partions en vacances à Saint-Jean-de-Monts en Vendée tous les ans, il y avait 2 salles de jeux : la kermesse des vedettes et le shériff, avec une vingtaine de flippers dans chaque salle. Avec un ou deux camarades, on se gardait toujours une partie pour en reclaquer d’autres qu’on revendait. C’était une petite affaire qui tournait au poil. Surtout que les jeux de l’époque comme eight ball deluxe, medusa ou centaur donnaient vraiment beaucoup de parties gratuites.

Ce fut pareil avec les jeux autorisant 3 parties au record. On ne les faisait pas évoluer trop fort, avec l’argent récolté on se payait de bonnes glaces ou autre ! Donc très vite je suis devenu accro.

Qu’est-ce qui vous a motivé à faire de la compétition ?

Tout simplement : en 1990 il y a eu une sélection dans les cafés pour participer au tournoi régional organisé par l’association régionale des professionnels de l’automatique (qui était une asso d’exploitants de jeux).

Après les sélections régionales arrivait le championnat de France remporté en 1993 et 1997.

Le championnat de France était qualificatif pour le championnat d’Europe remporté avec mon ex épouse, côté filles. Il nous a amenés à Las Vegas en 1998 pour les championnats du monde… Où j’ai fait 3ème en section B (300 joueurs) et 2ème en section champion (32 meilleurs mondiaux).

La motivation était d’être le meilleur, de voyager et découvrir du pays et prendre un peu de cash prize. Mais je n’ai jamais gagné beaucoup avec le flipper.

Quel est le résultat en compétition dont vous êtes le plus fier ?

Emotionnellement : le championnat d’Europe remporté avec mon ex compagne en 1997 à Valkenburg en Hollande et le championnat d’Europe en 2011 devant mon fils et Gary Stern au Tréport organisé par la LNJF (Ligue Nationale des Joueurs de Flipper). Avec une remontée de 23 millions à la dernière bille sur Rolling Stones et un double danger sur un save… Filmé !

European Pinball Championship 2011
De gauche à droite : Nicolas Linqué, Gary Stern, Franck Bona et son fils, Adam

Lors de cette finale il y avait 2 champions du monde : Daniele Acciari (Italie) et Jorgen Holm (Suède). Timothée Hulin Bouard, une pointure Française, avait pris l’ascendant sur tout le monde à sa deuxième bille.

Marathon Sydney 2017
La victoire de Franck lors du Marathon de Sydney en 2017

Sportivement : le marathon de Sydney remporté en 2017 car 6 jours de qualification, de 16h à 2h du matin, et finales le dimanche avec quelques micro siestes entre les tours de finale tant la fatigue est à gérer.

J’aurais du mal à n’en garder qu’un seul.

Suivez-vous votre classement ? Si oui, lequel car je crois comprendre qu’il y en a plusieurs ?
Ranking IFPA janvier 2021
Franck Bona, 25ème au classement IFPA (statut au 25/01/2021)

Il n’y a que le classement mondial IFPA qui compte : 85 000 joueurs partout sur le globe. Un seul classement fait la moyenne des meilleurs points récoltés lors 15 derniers tournois sur une durée de 3 ans.

Bien sûr, plus les tournois disposent de leaders au classement mondial plus ils rapportent de points.

Mon meilleur classement fut 9ème en 2018, suite à une victoire à Fulda près de Francfort en Allemagne contre Johannes Ostermeier. Il fut champion du monde après.

Je ne suis plus mon classement car il est quasiment impossible de rester dans le top 10 si l’on ne fait pas un tournoi majeur par mois et pour cela il faut beaucoup voyager.

Quel temps passez-vous à vous entraîner ?

Trop ! Et depuis 2019 où il n’y a pas eu de tournois je prends plaisir a streamer. Je montre quelques astuces et règles de jeu à la communauté.

Vers la fin des années 1990 mon ex et moi jouions à la maison, entre 8 et 12 heures minimum par semaine. On y avait notre gameroom. J’ en suis à 6-8 heures maintenant.

Gameroom famille Bona
L’ancienne Gameroom de la famille Bona
Comment vous procurez-vous les machines pour vous entraîner ?

Je travaillais sur un très vaste secteur à l’époque. Il partait du Calavados aux Ardennes… Je choisissais toujours un véhicule de fonction qui puisse contenir du flipper et j’achetais à droite à gauche aux exploitants.

Depuis mon divorce je ne veux plus de flipper à l’appartement car la passion était commune dans notre couple. Mais cette année j’ai brisé un tabou : j’ai un Jurassic Park gentiment prêté par Philippe Wernert du Megarex dHaguenau durant la durée de ses travaux.

L’internaute pinball bar

Je joue plusieurs fois par semaine à l’internaute à Tournai en Belgique qui est le meilleur endroit de ma région pour jouer : 11 flippers neufs en permanence et la bière y est constamment fraîche. Jy ai beaucoup de potes là-bas qui aiment le flip et rigoler dont Stéphane Pino de High Voltage, Maxence Ferret le boss du lieu, Dominique le pompier de Zaventem et j’en passe…

Enfin, quand je voyage un peu partout. Il ne manque pas de salles de flip’ ouvertes au public ou chez des amis particuliers collectionneurs pour jouer…

La machine sur laquelle la compétition a lieu a-t-elle une importance quand vous choisissez de concourir ? Quels sont vos critères pour participer ?

Lors des tournois il y a toujours une sélection d’une dizaine ou vingtaine de flippers sur lesquels on doit tous jouer. Donc il faut tous les connaitre et savoir adapter une bonne stratégie pour scorer. Cela ne dépend pas d’une seule machine.

Quels conseils pourriez-vous donner à quelqu’un qui voudrait se lancer dans la compétition ?

Regarder un maximum de streams de joueurs mondiaux tels que Raymond Davidson, Karl de Angelo, Bowen Kerins ou Johannes Ostermeier pour comprendre les bonnes stratégies. S’entraîner minimum 12 heures par semaine et ne pas avoir peur en avion (car beaucoup de voyages !).

Raymond Davidson, premier au tableau de l’IPBA. (Kevin Clark / The Herald)
Pour contourner les restrictions sanitaires, des tournois en ligne sont apparus (comme Pinclash). Ce format vous intéresse-t-il ?

J’ai vu ce tournoi mais pour ma part je suis peut-être un peu vieux pour cela. J’aime la compétition en présence physique (et aussi parce que la communauté des joueurs de flips est composée de bons vivants en général, avec qui on fait de bonnes 3èmes mi-temps !). Le côté compétition et le côté convivial sont maintenant primordiaux tant tout le monde se connait !

Comptez-vous participer à d’autres compétitions dans le futur ?

Oui, absolument mais peut-être un peu moins souvent. A une époque je tournais à 8 ou 9 tournois à l’étranger par an, avec mes préférences pour le championnat d’Europe car trop d’Américains aux championnats du monde.

Pincade 2017
Le Pincade 2017, Nouvelle Zélande
  • Le Belgium pinball open (car il n’est pas loin et tous mes potes y vont).
  • Le pincade en Nouvelle-Zélande. Je le fais tous les ans depuis 2013 et c’est juste le meilleur tournoi au monde : pas de prix à gagner et une ambiance de folie avec des gens sympas en tong. Chaque collectionneur nous accueille chez lui avec à peu près 60 à 80 participants. On apporte sa nourriture et ses boissons à partager. Mais à cause du COVID, je ne sais pas si j’y retournerai un jour.
  • Les tournois auxquels j’ai promis d’aller depuis des années comme en Roumanie par exemple.
  • Tous les tournois de la région de Francfort dont Bulls and Balls à Fulda (80 flippers). Ils attirent de très bons joueurs.
  • Les tournois chez Freddy pinball paradise à Echzell (170 flippers). A noter que le monsieur qui fait le café et les crêpes lors des tournois chez Freddy  possède 500 flippers en parfait état. Mais personne n’entre chez lui, sauf en 2013 lors des championnats du monde où les 64 joueurs ont été invités chez ce voisin. Mais photo interdites et confidentialité absolue.
  • Pour finir, tous les ans nous avons le tournoi de Sars-et-Rosières. Il est sympa à faire. Malheureusement nous manquons de tournoi en France car il y a eu une guerre entre les 2 associations à l’époque. Elle fut fratricide pour les 2 assos.
Le flipper est une affaire de famille chez les Bona… Pouvez-vous nous en dire plus ?

Comme si la passion pour le flipper chez moi n’était pas assez dévorante, je jouais ado avec Aurélie (que seuls les anciens ont connu) dans quelques bistrots à Douai, dont le bistrot de son grand-père exploitant de jeux, ça ne s’invente pas… C’était la grande époque des dots : T2, Addam’s Family, Attack from mars (année où j ai fait mon service militaire). Nous nous sommes mariés et nous avons eu Adam, qui a maintenant 20 ans, et une grande gameroom. Nous ne sommes plus ensemble, le destin en a décidé autrement et la gameroom n’existe plus.

Aurélie était donc présente à tous les tournois en France et en Europe, en 1997 à Valkenburg en Hollande on a gagné tous les 2 le championnat d’Europe, elle chez les filles, moi chez les mecs, interview sur MTV et voyage payé une semaine pour les championnats du monde à Las Vegas…

Nous ne sommes plus ensemble depuis une bonne dizaine d’années mais le flipper reste et restera toujours pour moi une vraie passion.

Adam a été champion de France de flipper en équipe en 2016 avec une finale remportée contre les Rorive (RipleYYY) père et fils.

Adam participe avec moi aux streams qui passent sur soirée flip.

Je suis un bon client pour les streams et j’aimerais continuer car j’aime bien le concept. C’est sympa car en interaction avec la communauté.

S’il devait n’en rester qu’un, quel flipper choisiriez-vous ?
flipper LOTR
Le Flipper Lord of the Rings

Aucune, mais alors aucune hésitation… Ce ne sera pas le pinball circus bally (qui existe en 2 exemplaires dont un au Pinball Hall of Fame de Vegas) !!!

Mais Lord of the Rings de Stern car il possède un plateau exceptionnel avec 8 ou 9 axes de tirs et un gameplay hyper profond et difficile à finir. Nous l’avions acheté HUO (NDLR : Home Use Only) à l’époque et Aurélie et moi avons passé des heures et des heures dessus… Je suis aussi fan de Peter Jackson (qui est néo zélandais) et sa trilogie Hobbit et Seigneur des Anneaux….

Le mot de la fin ?

Je n’aime pas les choses qui se terminent, donc il ne peut y avoir de fin tant la communauté française et mondiale du flipper est conviviale et empathique.

Je pourrais citer une phrase sur les flips gottlieb : it’s never over till the fat lady sing (ce n’ est jamais fini tant que la grosse dame chante) qui est humoristique.

La phrase de Gary Stern qu’il répète tout le temps : the ball is wild (la bille est libre).

Pour conclure je dirais que le flipper m’a fait découvrir plein de pays, plein de gens, plein de 3èmes mi-temps mémorables… que d’excellents souvenirs et de choses à raconter… et cela est sans fin….

Same player shoot again !