James Bond | Stern Pinball

Il en aura fait couler de l’encre ce dernier Stern ! Tantôt Venom, tantôt Jaws, on évoquera même Master of the Universe ou parfois encore un flipper Ozzy Osbourne (tant sa participation sur le stand Stern au dernier Comic Con de San Diego avait laissé tout le monde dubitatif…).
Et quand bien même la possibilité d’un flipper James Bond avait déjà été évoquée ici même, le moins que l’on puisse dire, c’est que Stern s’amuse à brouiller les pistes jusqu’au dernier moment.

Mais qu’importe, c’est officiel depuis le 06 Septembre 2022 : C’est bien la licence du plus célèbre des agents secrets qui aura le droit à son propre playfield pour la… Troisième fois ! Et c’est le non moins célèbre George Gomez (Monster Bash, Lord Of The Ring, Deadpool…) qui en est le game designer.

Après le James Bond de Gottlieb sorti en 1980 et le Golden Eye de Sega sorti en 1996, c’est Stern qui tente cette fois-ci l’aventure pour nous livrer sa propre version de cette licence au travers d’une machine qui casse un peu les codes de ses dernières productions.

Si nous n’avons pas (encore) eu l’occasion de poser nos mains sur le dernier né de la firme de Chicago, nous avons a minima les mêmes infos que vous pour nous faire un premier avis.

Il s’agit bien évidemment d’une preview, certains éléments sont donc à prendre avec des pincettes.
Et comme à l’accoutumée chez Pinball Mag., cette dernière sera complétée d’un test en bonne et due forme pour nous faire un avis définitif sur ce flipper, dès que nous aurons pu le tester.

L’enfant du pays…

Passons sur les leaks qui sont devenus un quasi cérémonial pour chaque sortie de nouvelle machine (qu’il s’agisse de Stern ou non d’ailleurs) et attardons-nous quelques minutes sur le reveal qui aura été quelque peu chamboulé, actualité oblige.

Après un teaser plus que minimaliste posté le 06 Septembre sur les réseaux sociaux nommé « Shaking Soon », Stern annonce dans la foulée plus ou moins officiellement sa nouvelle production au travers d’un évènement auquel ils participent régulièrement : L’IAAPA  (International Association of Amusement Parks and Attractions).

En effet, la firme a eu l’idée plutôt judicieuse de présenter son nouveau bébé sur la terre natale du héros en smoking : L’Angleterre. L’édition 2022 ayant lieu à Londres, l’évènement était donc tout trouvé pour permettre un reveal symbolique de leur nouvelle machine.

Malheureusement, le décès de la Reine Elizabeth II a chamboulé le quotidien de toute la population anglaise, et c’est donc avec un respect parfaitement logique et compréhensible que Stern a décidé, la veille de son annonce officielle, de la décaler d’une semaine pour ne pas venir empiéter sur le deuil national.

Qu’à cela ne tienne, les premières photos prises lors des préparatifs du stand nous tiendrons en haleine jusqu’à la semaine suivante, où nous avons le droit à notre trailer habituel :

Et si on prenait le meilleur des James Bond ?

Si les acteurs choisis pour incarner le rôle de ce bon vieux James sont toujours sujet à débat entre les fans sur « qui est le meilleur James Bond ? », il y en a un qui met généralement tout le monde d’accord, c’est Sean Connery !

Véritable icône du cinéma, l’acteur écossais incarnait à lui seul la classe et l’élégance qui caractérisent encore et toujours l’agent du MI6. Bonne nouvelle, c’est cette version de James Bond que Stern a décidé de s’offrir pour son nouveau jouet. Ne boudons pas notre plaisir et gageons que ce parti pris laissera moins de place au débat que si le choix s’était porté sur Timothy Dalton ou Pierce Brosnan…

Crédit Photo : ultimateclassicrock.com

Du reste, le choix d’une telle licence pour le deuxième corner stone de Stern est plutôt judicieux. Les sorties sur cette année ne sont pas légions et si leur précédent modèle, le Rush fut une agréable surprise, il faut bien avouer que la surabondance de flipper musicaux ces dernières années (Guns & Roses, Led Zeppelin, Rush, Queen…) finit par devenir lassante. Elle ne contente d’ailleurs pas toujours la plupart des pinheads, sans compter le style musical, généralement orienté « rock » qui ne plait pas forcément à tout le monde.

Après une prise de risque saluée par la critique au travers du Godzilla (leur dernière production hors flippers musicaux), Stern renoue avec une licence un poil plus « safe » au travers de James Bond. Le thème garantit un univers suffisamment riche, varié et jouissant d’un succès populaire indiscutable pour permettre aux joueurs d’y trouver leur compte.

Encore faut-il leur taper dans l’œil d’entrée de jeu…

Mon nom est monde, Ray-monde…

Et c’est bien là où le bât blesse ! N’ayons pas peur de le dire, cette nouvelle machine ne brille pas par son visuel général. Si le thème est une bonne idée, sa mise en application sur la caisse est basée sur les affiches d’époque. Le résultat est donc forcément un peu « clinquant ».

Bah oui, autant ce genre d’affiche vintage est très jolie lorsqu’elle est encadrée au mur de votre salon, autant sur un artwork complet de flipper, c’est une autre histoire…

Nous retrouvons donc pour la version Pro, un design très flashy basée sur le thème du film « James Bond contre Dr No » (« Dr No » dans sa version originale) sorti en 1962 :

La version Premium quant à elle, a le droit à la version de l’artwork la plus discutable puisqu’assez caricaturale dans son approche. Il s’agit du film « On ne vit que deux fois » (« You only live twice » dans sa version originale), sorti en 1967.

Et pour finir, la version Limited Edition est probablement celle qui remporte tous les suffrages puisqu’elle est, sans conteste, la plus réussie. Cette dernière est basée sur le légendaire « Opération Tonnerre » (ou « Thunderball » dans la langue de Shakespeare), sorti quant à lui en 1965.

Si ces caisses, à défaut d’être horribles, ressemblent toutes à un patchwork un poil kitch (mais dans le thème) du visuel des films d’époque, le plateau lui, nous rappellerait presque celui d’un The Sopranos dans le choix des couleurs et la disposition des artworks. Certes, l’exercice de disposer sur un seul et même plateau un éventail des 6 films de Sean Connery n’est pas simple, mais le rendu aura agité le petit milieu du flipper tant il est sujet à débat. Beau ? Pas beau ? Tout ça reste bien subjectif et nous vous laissons vous faire un avis.

Après le chef d’œuvre de Zombie Yeti sur le Godzilla ou encore l’univers résolument steampunk du Rush, on a l’impression de revenir quelques années en arrière et de ne pas retrouver de grande cohérence artistique (je parle bien de l’artwork du plateau), pourtant si essentielle à l’appropriation d’une machine par le joueur.

Ne nous y trompons pas pour autant, ça ne serait pas la première fois dans l’industrie du flipper qu’une machine au look perfectible se révèle être une véritable petite pépite en jeu.

Par ailleurs, il y a de grandes chances que le choix de la licence vienne gommer cet aspect tant elle est connue et appréciée de tous. Le risque est donc relativement mesuré et, à machines égales, les joueurs se dirigeront très certainement plus facilement vers un James Bond qu’un Rush (tout du moins en Europe).

Notez également qu’un modèle « James Bond 007 60th Anniversary Limited Edition » est également prévu en tant que 4ème version. Néanmoins cette dernière (à priori conçue par Keith Elwin), n’aura rien à voir avec les modèles présentés ici. Cette version serait plus classique dans son gameplay et traiterait d’une vingtaine de films. Tout ceci est à mettre au conditionnel et nous y consacrerons un article dédié dès la sortie officielle.

Tilter n’est pas jouer

S’il est toujours compliqué de parler de gameplay dans une preview puisque nous n’avons pas encore eu le loisir de faire glisser nos première billes sur cette nouvelle machine, nous pouvons au moins nous attarder sur les toys et autres mécaniques de jeu qui la composent.

D’un point de vue général, nous avons affaire à un plateau plutôt déstructuré avec de nombreux éléments variés, chacun dispersé par « zone » en fonction du film dont il est tiré. Si cette approche, sans être novatrice, est généralement assez plaisante à jouer, reste à voir si le flow suit et ne se retrouve pas trop « coupé » tant les toys ont l’air de faire appel à la précision et à la finesse plus qu’au bashing d’un fan layout.

Pour les deux versions nous retrouvons :

  • deux jeux de rampes,
  • 3 batteurs,
  • un toy principal « missile » accessible derrière des cibles tombantes,
  • un vertical up kicker caché dans une réplique d’Aston Martin,
  • un scoop caché derrière une scène sous-marine,
  • un lock de billes dans l’inlane droite
  • et les traditionnels cibles fixes, bumpers, slingshots…

Le versions Premium et LE, auront comme à l’accoutumée droit à quelques extras, dont certains viennent apporter des mécaniques de gameplay supplémentaires. Ainsi, sur ces versions nous retrouvons 3 « grosses » features :


La première est la présence d’un jetpack fixé au back panel au moyen d’un bras mécanique qui aimante une bille en jeu et dont le but sera vraisemblablement de la faire tomber sur la cible présente sur un Tank, lui aussi absent de la version pro.

La seconde feature est située au niveau de la « rampe de lancement » du missile. Si, sur la version pro, celle-ci n’est qu’un élément de décor, sur cette version il s’agit d’un kicker camouflé, qui propulse votre bille dans une rampe supplémentaire. Si l’on en croit la vidéo, c’est également là ou viennent se locker les billes pour le multiball correspondant.

Et pour finir, la feature la plus dispensable (ou du moins celle qui reste la moins claire dans son fonctionnement à l’heure actuelle), c’est cette scène sous-marine qui ne se contente pas d’être, comme sur la version pro, un simple artwork sur plastique mais une sorte de diorama mobile qui simule un combat entre notre agent secret et un ennemi.

Est-ce qu’il s’agira de faire évoluer cette scène au fil de la partie ou bien est-ce qu’il s’agit simplement d’un décor mobile ? Nous verrons tout cela lors de notre futur test.

Si ces éléments restent bien évidemment jolis, il nous tarde de comprendre leur impact sur le gameplay tant ils ont l’air d’être relativement « lent » dans leurs mouvements.

Affaire à suivre donc…

Où ? Quand ? Combien ?

Encore une fois, votre magazine préféré vous avait préparé le terrain en annonçant ici-même il y a quelques mois une hausse à venir sur la prochaine sortie de Stern et ce, malgré les invectives de certains membres de la communauté (joueurs ou professionnels d’ailleurs…) qui hurlaient à la fake news…

Mais comme dirait ce bon vieux Ian Malcolm dans Jurassic Park :

Car oui, malheureusement (mais sans grande surprise non plus), les prix de vente des nouvelles productions Stern augmentent encore un peu plus, rendant d’ailleurs le ticket d’entrée pour un modèle pro un peu plus salé. Voici donc le nombre de brouzoufs à débourser pour se payer l’une des 3 versions disponibles pour ce James Bond :

  • Edition Pro : 6 999$
  • Edition Premium : 9 699$
  • Edition Limitée : 12 999 $

NB : Les prix publics français ne sont pas encore officiellement connus, nous nous garderons donc de fantasmer des sommes hypothétiques et attendons les informations de l’importateur français. Ce sont donc les prix publics hors taxes américains, en dollars, qui sont mentionnés (et donc soumis aux frais d’importation, au taux de change etc.)

Du côté de la rédac, l’avis est plutôt uniforme : même si cette dernière production tranche un peu avec les habitudes du leader du marché, ça reste une excellente nouvelle. Ce deuxième corner stone 2022 aborde un thème à l’attrait quasi universel, teinté de nostalgie au travers d’un plateau qui, à défaut de faire l’unanimité sur son artwork, laisse présager des parties dynamiques avec des mécaniques de jeux intéressantes au travers de toys originaux.

Comme dirait l’autre : Y’a plus qu’à !

Syl Vain
Syl Vain
Fan de pop culture des années 80/90, collectionneur compulsif et partisan du "c'était mieux avant !"

Derniers Articles

spot_imgspot_img