Loisirs & Technique | Interview

Si vous suivez nos vidéos de présentation de flippers récents, vous avez très probablement déjà aperçu le visage de François de Loisirs & Technique aux côtés de Lazarus. Véritable partenaire de PinballMag., c’est grâce à lui que l’on peut déballer, tester et faire nos reviews des dernières sorties de Stern (et d’autres d’ailleurs). Et même s’il est fait mention régulièrement de Loisirs & Technique dans nos vidéos, si vous n’êtes pas de la région Bordelaise, il y a de grandes chances que vous ne connaissiez pas ce distributeur.

On rectifie donc le tir aujourd’hui en faisant un zoom sur cette entreprise historique, tenue par des passionnés de la première heure qui s’emploient encore aujourd’hui à redonner leurs lettres de noblesse à tous les jeux de café.

Et c’est François donc, qui se prête au jeu de l’interview pour nous présenter l’entreprise familiale et ses ambitions futures.

Tout d’abord, peux-tu te présenter ?

François au côté de Gary Stern au salon EAG à Londres en 2019

Je m’appelle François Tabuteau et j’ai 30 ans. Je suis tombé dans le flipper très jeune puisque c’est mon père qui a fondé Loisirs & Technique, autant te dire que j’ai toujours eu un pied dans le milieu. Même si à l’âge où j’ai commencé à m’intéresser au flipper, ce n’était pas la période la plus faste pour les jeux de café. On était dans le début des années 2000 donc en plein déclin, j’avais l’impression d’une filière compliquée à remettre sur les rails, voir déjà dépassée.

J’ai donc pris un chemin totalement différent de mon côté puisque j’ai fait tout mon cursus dans l’œnologie, un milieu qui me passionne. Puis en complément des études, en 2016, j’ai commencé à travailler avec mon père pendant un moment et j’ai fini par prendre goût à ce métier.

On a une véritable liberté de choix et travailler dans l’univers du loisir c’est vraiment cool. Quand tu vois des étoiles dans les yeux des quadras qui viennent acheter la machine de leur enfance c’est top, ça m’a vraiment redonné goût au flipper.

D’ailleurs, au début, je passais tout mon temps libre à rejouer à certaines machines iconiques comme le Twilight Zone ou le Ghostbusters (j’adore ce flipper, il a vraiment une âme, un truc en plus).

Mais il faut être réaliste, en tant que distributeur, tu as de gros objectifs de rentabilité et tu passes énormément de temps au boulot, il ne faut pas compter ses heures dans ce métier si tu veux réussir à t’imposer.

Quel est ton rôle au sein de L&T ?

J’ai un rôle qui est partagé entre la vente et développement de l’activité. Mon père est toujours aux manettes de la société, de mon côté je développe la boîte autour de nouveaux projets ou de nouveaux clients. Typiquement, en ce moment je travaille sur des flippers qui doivent être customisés aux couleurs d’une marque, pour un client. A côté de ça, je prends la casquette de « community manager » pour apporter un peu de visibilité au travers des réseaux sociaux. J’ai aussi la logistique de différents salons où nous sommes présents cette année, à organiser.

Où êtes-vous basés ?

A Bordeaux, dans le parc d’activité de Bordeaux Nord.

On a des locaux répartis entre le stockage et le magasin, le tout sur 1000m2. La partie showroom/magasin fait 500m2, le reste c’est du stockage et des bureaux.

Est-ce que tu peux nous présenter Loisirs et Technique ?

La société est née en 1987, elle fête donc ses 35 ans cette année. On est spécialisé dans la vente de jeux de café. Ça comprend les flippers bien sûr mais aussi les bornes d’arcade, les baby-foot, les billards, les jeux de fléchettes ou encore les jukebox.

A côté de ça, on a une vraie culture de l’exploitation qu’on souhaite conserver. Du coup on loue et on met en exploitation de nombreuses machines, que ce soit chez des professionnels, des particuliers ou pour des événements.

Et bien évidemment, on a une grosse activité de réparation de machines, qui a explosé les jours suivant le premier déconfinement d’ailleurs. On a vu pleins de flippers sortir des caves ou des greniers, qu’il a fallu remettre en état pour des particuliers. Là, avec les beaux jours, ça s’est un peu calmé.

Nos produits stars sont le flipper et le baby-foot. On a aussi une demande sur des produits d’exception comme le billard ou le jukebox, mais c’est vraiment un milieu à part.

Vous êtes combien dans l’équipe ?

On est six actuellement. Mon père gère l’entreprise, moi j’occupe le rôle décrit précédemment et on a aussi quatre employés qui sont répartis entre vente, comptabilité, entretien et réparation. Ça fait une belle équipe, polyvalente et touche à tout.

Qu’est-ce qui occupe le plus de temps chez L&T aujourd’hui ?

La partie commerciale principalement, mais aussi les livraisons, on a quasiment deux personnes à temps plein sur cette activité car on propose un service clé en main.

On a aussi pas mal de job sur les réparations et un peu de SAV sur certains flippers neufs.

Notre philosophie c’est de vendre en local au maximum pour être proche de nos clients, on reste vraiment sur notre zone géographique. Nos clients sont essentiellement en périphérie de Bordeaux car en hypercentre, les maisons avec de la place pour accueillir ces gros jouets se font rares.

Vous proposez quelles marques de flipper ?

Actuellement, on propose la marque référente du marché : Stern bien sûr ! Mais on propose aussi des fabricants émergeants comme American Pinball et Pinball Brothers.
On a quelques modèles un peu plus exotiques, mais ils sont plus là pour le showroom et les salons qu’autre chose, on n’est pas distributeurs de ces marques (Ne me demandez pas de Big Lebowski de Dutch Pinball 🙂 ).

Stern, l’une des marques phares proposées par Loisirs & Technique

Neuf ? Occasion ? Les deux ?

On vend les deux, et pour le coup on vend vraiment de tout en occasion. On a une quarantaine de flippers dans notre showroom avec pas mal de classiques, même si le stock a bien diminué durant le covid, on a eu une très grosse demande des particuliers.

Mais en règle générale, la demande se fait majoritairement sur les flippers neufs. Comme ce sont des machines qui finissent souvent dans des salons ou des pièces de vie, les acheteurs recherchent un modèle qui soit joli à exposer, avec des décals propres, donc ils se tournent plutôt vers du neuf.

Pas trop compliqué pour subvenir à la demande en ce moment avec cette « folie du flipper » ?

Hooo si ! C’est vraiment compliqué. Sur du neuf on arrive à peine à avoir une vision à 3 mois de ce qu’on va recevoir, on est toujours en flux tendu et tout ne tient qu’à un fil. Typiquement, Stern est revenu sur son calendrier de production qui à la base, donnait le vertige. Quand on voyait des Iron Maiden ou des Deadpool en prévision pour cette année, on se demandait comment ils allaient pouvoir tenir une telle cadence. Certaines fois on arrive à redouter la prise de commande de certains modèles car on ne sait même pas quand ils seront fabriqués, ni même s’ils le seront vraiment.

Le problème se stabilise, actuellement ça va un poil mieux mais on aurait vraiment besoin de plus de volume pour contenter tout le monde. Après on reste lucides, on sait que ce n’est pas pour demain. Sans parler de l’inflation qui se poursuit avec le prix de l’énergie, du bois, des composants, etc…

Si tu combines ça au fait que ce type de machine est fabriquée sur un autre continent, qu’elle subit le transport maritime, le taux de change et est composée de bois, d’acier et de composants électroniques, tu te dis qu’on ne pouvait pas imaginer pire scénario pour avoir un approvisionnement qui ne suit pas, tu as seulement 1/3 des demandes de distributeurs qui sont honorées.

Du coup, en complément on développe la partie accessoires et goodies, pour booster un peu les ventes autour du flipper.

Qu’est-ce qui se vend ou se loue le mieux ?

Des classiques proposés à la vente dans le showroom de L&T

Si on parle de nos jeux de café en général, c’est clairement le flipper. C’est vraiment la machine qui apporte le plus d’émotion, même si son business model n’est pas forcément le plus solide. Comme je le disais avant, c’est un produit d’import avec des aléas en permanence. C’est un univers enivrant mais il y a un bon équilibre à trouver pour permettre à tout le monde d’en profiter.

Concernant les flippers qui sont le plus demandés en neuf, je dirais les machines de Keith Elwin. Il faut dire que sur ces 5 dernières années, il a vraiment fait fort. Le Jurassic Park ou le Godzilla sont de vraies petites pépites très demandées. D’ailleurs le Godzilla avec son côté « vintage cool » est une incroyable surprise, il n’est vraiment pas cliché et c’est une super mise en valeur d’un thème que personne n’attendait.

Sinon, les flippers musicaux sont encore très demandés, que ce soit du Metallica, AC/DC ou Iron Maiden. Ça a beau être une sphère à part, ces machines ont toujours la cote.

Aujourd’hui, il y a quand même un truc dingue, c’est l’attente d’un Back To The Future. Attends qu’il sorte celui-là et ça risque de devenir notre n°1 des ventes !

Et sinon en occasion, pas de surprise ! La génération DMD Bally/Williams même si on retrouve quelques modèles assez panneux, notamment dans les Bally du début de cette génération.

Ta plus belle pièce vendue, ou à vendre ?

Ho j’en ai eu plusieurs ! Dans ceux qui me viennent à l’esprit, du côté de l’occasion je te dirais : Un très beau The Machine Bride Of Pinbot refait par 2NIRO, un magnifique Indiana Jones et un très joli Theatre Of Magic. Le genre de machines restaurées qui te fait mal au cœur quand tu les vois partir…

Dans les modèles neufs, ça serait un Beatles Platinum (après c’est une jolie pièce mais pas non plus une fabrication rare), un Munsters LE que je trouve, sur un plan esthétique, super beau avec son design noir, blanc et doré et sa superbe backglass (clairement l’un des plus beaux flippers avec le Black Knight LE), un Elvira LE ou encore un Batman 66 LE, deux modèles super cool que j’aimerais avoir à titre personnel d’ailleurs.

Il est pas beau ce plateau refait par 2NIRO ?

A Challans, tu disais commencer à faire des salons, tu en as d’autres de prévus ?

Oui, on sera présent sur le salon Flipper Sud-Ouest à Pontacq prochainement, la deuxième édition d’un salon qui prend de l’ampleur, avec une super ambiance, le tout organisé par de vrais passionnés (d’ailleurs on vous y attend nombreux !). On sera probablement aussi au Bordeaux Geek Festival pendant la Foire Internationale.

En parallèle, on essaye de développer un salon sur Bordeaux avec d’autres membres de la communauté. L’objectif serait de créer un salon pour l’automne, mais on part de zéro. Actuellement c’est au stade de projet, avec une ambition d’une cinquantaine de machines. Il faut voir comment on arrive à mettre ça en place, sachant que l’idée c’est d’être complémentaire et non pas de faire de la concurrence aux salons existants, ça n’aurait aucun sens.

Quel sont tes retours sur ces salons, justement ?

Ils sont bons, même très bons ! Certes, c’est du boulot pour l’organisation et la logistique mais on passe des moments excellents, on créer du lien avec les membres de la communauté, on se découvre des points communs, on parle flipper, on mange flipper, on vit flipper ! 🙂 Toutes les personnes que l’on rencontre sont bienveillantes et sympathiques, c’est vraiment chouette.

Après, d’un point de vue distributeur, on ne va pas se mentir, c’est clairement plus du relationnel, de la découverte et du partage que du business. Très franchement, on ne vend quasiment rien sur un salon, mais j’ai envie de te dire que ce n’est même pas le but premier. Les idées germent et si les achats doivent se faire, ils se font plus tard dans l’année.

Quelles ambitions as-tu dans le futur ? Tu peux teaser quelques projets ?

Alors la première chose c’est de suivre l’évolution du flipper et d’alimenter la communauté. On va essayer de progresser dans la présentation des produits, de faire évoluer notre identité et si on y arrive, de créer un salon comme dit juste avant (même si ça ne sera pas uniquement un événement L&T).

Sinon du côté de l’exploitation, on a une surprise à venir sur Bordeaux, le genre de truc qui devrait plaire aux joueurs mais pour l’instant, je ne peux pas en dire plus ! 🙂

Du côté de l’offre proposée, on essaye d’être actifs sur la vente des produits Stern, les accessoires notamment.

Et pour finir, on prévoit une évolution du showroom, notamment sur la déco, on voudrait un résultat plus structuré qu’aujourd’hui avec une meilleure mise en valeur du matériel. On a plein de produits cool mais on trouve l’ambiance encore un peu froide.

En fait, comme tu le vois, la difficulté ce n’est pas de trouver des projets, c’est le temps pour les concrétiser !

Tu possèdes des machines à titre personnel ?

Aucune ! A vrai dire, je n’ai pas vraiment d’endroit pour en mettre actuellement et puis en même temps, je suis le nez dans les flippers du lundi au samedi donc autant te dire que je ne suis pas en carence ! 🙂

Par contre, si j’en avais un, ça serait plus un flipper style rapide avec des règles simples qui rassemble tous mes potes plutôt qu’une vraie machine complexe pour joueur acharné. J’aimerais un flipper un peu rare, original, le genre de truc qui ne court pas les rues.

Tu trouves encore le temps ou l’envie de jouer ?

C’est fluctuant. Je m’y suis remis depuis Challans mais ça dépend des modèles que j’ai au magasin et surtout du temps. C’est pas l’envie qui manque surtout quand il y a les nouveautés mais dans ce boulot on a beaucoup de sollicitations diverses et donc assez peu de temps pour jouer. Après, une petite partie entre midi et deux c’est toujours cool.

Quelle est ta machine préférée ?

Ça change de temps en temps mais ça serait plutôt du récent, je dirais le Ghostbusters de Stern. C’est une machine qui me plaît beaucoup même si le Batman 66, avec son humour des années 60 et son ambiance vintage est un flipper dépaysant. J’accroche vraiment avec ce flipper. J’adore cette ambiance et ce design rétro.

Quel est ton avis sur le milieu du flipper actuellement ?

C’est un milieu qui grandit, qui évolue et on n’a pas assez de recul sur ce qu’il se passe aujourd’hui pour juger si c’est bien ou pas. On ne sait pas précisément ce qui va découler de tout ça finalement. Il y a beaucoup de frustration et de lassitude sur les prix mais le milieu prend de plus en plus d’ampleur malgré tout. Bon, t’as toujours quelques « Joe la bricole » qui essayent de gratter un petit billet au passage, mais il ne faut pas résumer la filière à ça non plus.

Ce qui est cool par contre c’est que l’objet rassemble les générations et apporte toujours autant de lumières dans les yeux. Le flipper c’est des émotions, des sourires, des nostalgiques qui retrouvent les sensations de l’époque et au milieu de tout ça, on se fait des potes et on partage une même passion.

Il ne faut pas oublier que le flipper a pour vocation de permettre de s’amuser ensemble, de rassembler, de fédérer les joueurs, physiquement, autour d’une même machine et aujourd’hui on ne retrouve pas ça avec tous les objets de loisir et de divertissement.

Chez L&T, on veut rassembler tous les types de joueurs, quelque soit l’endroit !

Et puis au-delà de ça, tu as une diversité de fabriquant actuellement avec plein de thèmes, de nouveaux modèles, on a vraiment l’impression que le flipper retrouve ses lettres de noblesse. D’ailleurs je trouve que Stern, avec les Spike 2 a vraiment apporté quelque chose de nouveau : des thèmes de plus en plus cools avec une qualité d’animation qui a vraiment franchi un cap et un charme qui leur est propre.

Et sinon, Lazarus quand il tourne ses vidéos chez L&T, il est comment ?

Haha, ben il faut faire attention à ne pas casser son matériel ! 🙂

Non en vrai il est cool et il s’investit à fond dans ce qu’il fait. C’est un investissement personnel et surtout humain. Ça fait plaisir de voir un état d’esprit constructif et puis on partage toujours un bon moment entre toute l’équipe. On essaye de progresser et j’ai vraiment l’impression que c’est de mieux en mieux au fil des vidéos.

D’ailleurs, n’hésitez pas à venir lors des tournages, c’est ouvert à tout le monde et vous pouvez participer aux différents recueils d’avis sur le flipper filmé.

Autre chose que tu souhaites partager avec la communauté ?

C’est bien que la communauté arrive à se retrouver, Internet nous permet d’échanger de manière intéressante que ce soit au travers des groupes Facebook mais aussi de flipjuke qui est toujours là, avec ses sujets structurés et ses membres historiques. A côté de ça, PinballMag. et tous les autres médias francophones se complètent bien et je trouve que ça avance dans le bon sens. Hâte de voir la suite !

On remercie chaleureusement François pour le temps qu’il a pu nous accorder ainsi que pour le soutien de Loisirs & Technique sur nos vidéos tournées dans leurs locaux. On se retrouve très vite pour de nouvelles aventures avec eux !

Vous pouvez retrouver François et Loisirs & Technique sur les réseaux sociaux ainsi que sur leur site internet.

Syl Vain
Syl Vain
Fan de pop culture des années 80/90, collectionneur compulsif et partisan du "c'était mieux avant !"

Derniers Articles

spot_imgspot_img